Misez sur vos Softs skills pour vendre !

Note : cette chronique est une chronique invitée écrite par la société CapexFi.

Dans un monde où la part du digital et de l’Intelligence Artificielle prennent de plus en plus le pas dans les organisations et dans la perception et l’évolution des métiers, la recherche de ‘softs skills’ peut apparaître comme paradoxale. Et bien pas du tout, c’est même une des conséquences logique de la dématérialisation de nos activités où l’humain se retrouve au cœur des projets.

Les ‘softs skills’ ou également appelées les ‘compétences comportementales’ mettent en avant les aptitudes humaines et transverses de chaque personne. Elles sont à mettre en opposition avec les ‘hard skills’ qui sont les compétences acquises dans l’univers du travail comme la maîtrise d’un logiciel par exemple. Elles ne sont pas répertoriées ni même normées de manière traditionnelle. Cependant, il en est un certain nombre qu’il est intéressant de posséder.

Lors d’un recrutement, les compétences techniques permettent de valider un parcours de formation et ainsi cibler le profil du poste. Mais cela ne fait pas tout. Il est important pour un recruteur de trouver une personne qui va pouvoir s’adapter à l’environnement professionnel de l’entreprise et de l’équipe dans laquelle elle va travailler. Il est même fréquent de voir des candidats embauchés que ne soient pas, au départ, les plus qualifiés en termes de compétences techniques. Par contre, ils possèdent des compétences comportementales plus en adéquation avec l’esprit du manager et/ou de l’équipe.

Même si elles ne sont pas exhaustives, certaines de ces ‘softs skills’ reviennent plus souvent que d’autres.

Dans un contexte de changement, il est important de savoir gérer son stress et résoudre les problèmes. Les notions de confiance, d’empathie, de quotient émotionnel, de communication et de motivation permettent de mettre en avant de croire en ce qu’on fait, d’interagir avec les autres et de les faire adhérer à un projet.

Tout ce qui tourne autour de l’esprit d’entreprendre, la créativité, le fait d’avoir une vision, mais aussi la curiosité voire l’audace caractérisent les aspects de développement de chacun. Enfin, la présence, le sens du collectif, mais aussi la gestion du temps sont des compétences qui s’apprennent avec l’expérience.

Connaître la liste des ‘softs skills’ est une première étape. La suivante réside dans le fait de savoir lesquelles correspondent à la personnalité de chacun et par conséquent lesquelles mettre en avant. Pour cela, il suffit d’en parler avec son entourage personnel et professionnel. Les personnes qui vous connaissent le mieux sont celles qui parlent le mieux de vous. Une fois cet exercice effectué, il suffit de regrouper les compétences le plus souvent citées et de les contextualiser. À chaque compétence correspond un exemple pratique vécu.

Du point de vue du recruteur, il est également intéressant. En 2018, les principales ‘softs skills’ recherchées tournaient autour de cinq compétences clés : l’autonomie, la rigueur, le dynamisme, l’esprit d’équipe et le bon relationnel.

En clair, en possédant ces compétences, et en les mettant en situation, les chances de se rapprocher du candidat idéal augmentent.

À part les ‘softs skills’, il existe également les ‘life skills’ et les ‘hard skills’. Les ‘life skills’ abordent plutôt les thèmes autour des compétences de vie comme la résilience, la perspicacité. Les ‘hard skills’ définissent tout simplement les compétences techniques (diplômes, habilitations, certifications, …) de chaque personne. Certaines entreprises ont bien compris l’importance de la formation et n’hésitent plus à faire monter en compétences ses salariés. Mais pour ce qui est des ‘softs skills’, nous sommes très loin du compte.

Ce sujet des ‘softs skills’ peut apparaître comme léger ou faire sourire. Il est pourtant de plus en plus au cœur des recrutements. La compétence techniques n’est plus la seule valeur qui permet d’obtenir un poste. Le cabinet de conseil en Finance et Management de transition CapexFi, donne beaucoup d’importance au ‘softs skills’. Car à un candidat ayant une compétence technique supérieure, CapexFi préférera toujours prendre une personne ‘techniquement’ moins pointue, mais ayant des capacités d’adaptation, de l’autonomie, le sens du collectif et des valeurs humaines.

Les compétences comportementales deviennent essentielles. Il s’agit donc d’un sujet à suivre et à mettre en pratique pour s’assurer les meilleures chances d’obtenir un poste, mais aussi pour valider que l’entreprise pour laquelle vous postulez possède aussi ces valeurs.

Sur ce sujet, CapexFi travaille avec ses consultants et manager de transition afin de mettre en avant les ‘softs skills’ qui correspondent le mieux à leur expertise. C’est une approche par l’humain où leur leitmotiv est : « Osez le savoir-faire humain pour le succès de vos projets ».

En tout cas, nous n’avons pas fini d’en entendre parler.

Soft skills, compétences, comportement, humain, recrutement, technique, candidat

 

.

Michael Marchand – Consultant en stratégie et développement commercial

***

Fonction commerciale : De la recherche à la fidélisation des clients !

Le blog parle de fonction commerciale, diagnostic commercial, conseil en développement commercial, stratégie commerciale, optimisation des performances commerciales, techniques de vente, prospection, gestion relation clients, management des commerciaux, actions commerciales, outils et supports marketing, formation et accompagnement des forces de vente, ou développement personnel du manager.

Cet article vous a plu ? Alors inscrivez-vous !

Vous recevrez les prochains articles directement par email. C'est gratuit, sans engagement et votre mail ne sera jamais vendu ou échangé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *